L’humanité et les problèmes auxquels elle fait face.

Chaque jour, les médias nous informent sur les problèmes qui sévissent dans nos sociétés. Les sujets traités par ces médias sont divers et varient selon la période. Mais, le constat est que, le monde a connu trop de périodes tumultueuses au cours de ces dernières années. Et sur le plan international, aucun pays n’est épargné.

le monde est-il en train de vivre sa mauvaise période ?

L’histoire nous a enseigné que par le passé, le monde a connu des moments tragiques. On pourrait penser que l’ignorance dans plusieurs domaines et le sous-développement ont eu un impact sur leurs manières de vivre et par ricochet, sur leurs manières d’agir. Cependant, malgré l’évolution de la science aujourd’hui, malgré les inventions qui voient le jour à chaque instant, les réalités sont presque les mêmes qu’avant. D’abord, au plan sanitaire, les laboratoires hyper équipés et les découvertes effectuées ne servent finalement à rien. Les maladies comme le sida n’ont toujours pas encore eu de remèdes efficaces pour être totalement éradiquées. Un exemple palpable est la pandémie de Corona qui fait des morts partout dans le monde entier. Malgré, l’union des scientifiques du monde une solution concrète n’est encore disponible pour y faire face. Sur le plan politique et scientifique, le constat reste le même. La science qui devrait nous faciliter la vie nous la rend plus difficile. Nos dirigeants au lieu de s’assurer du bien-être de leurs populations préfèrent investir leur temps dans la construction d’armements. Ainsi, des armes très lourdes et mortelles sont conçues et font parfois l’objet de concurrence entre les États. Ce qui augure des jours sombres pour les générations futures. Il faut donc un éveil de conscience de nos dirigeants pour éviter que le pire ne se produise.

le monde se dirige-t-il vers une mondialisation ?

Entre guerres, pandémie et terrorismes, le monde a compris que travailler main dans la main s’impose. Ces derniers mois nous ont montré que tous les pays sont vulnérables et qu’une unité internationale est nécessaire pour prévenir d’éventuelles crises.