Des diplômes à la vie active, quelles passerelles ?

Le monde a toujours été constitué d’une hiérarchie gouvernante et d’une catégorie de commerçants. La création des écoles pour la formation des cadres administratifs est remarquée. Mais, certaines personnes préférèrent se consacrer à l’entrepreneuriat. On se demande si les enjeux actuels concordent avec l’état des lieux de nos réalités.

Nos compétences face au besoin du terrain

Vivant dans le contexte du fait qu’il n’y ait pas de métier supérieur à l’autre, nous remarquons dans la société plusieurs groupes de personnes les uns travaillant dans le corps administratif c’est-à-dire ceux qui ont un diplôme d’études. D’autres par contre sont dans le cadre entrepreneuriat. Ceux qui suivent une formation pour travailler dans le cadre administratif, ont pour mission spécifique de combler un vide dans le domaine administratif pour répondre aux besoins sociétaires. On forme des médecins pour avoir des professionnels capables de soigner la population au besoin. On forme des enseignants pour l’éducation des jeunes dans le cadre scolaire. Les élites dans le domaine du commerce sont accessibles à tous sans exception. Il est remarqué que beaucoup de personnes se forment sans trouver un emploi digne du nom. D’où l’installation du chômage à outrance parce que le nombre de personnels disponible pour le travail dépasse largement la demande pour un poste donné. On se demande comment concilier la courbe croissante des besoins et celle croissante du chômage... À quelle activité s’adonner, à quel besoin s’auto employer à résoudre. Il est nécessaire de trouver un emploi, puisqu’après tout, il faut payer les impôts, il faut nourrir la famille, il faut éduquer les enfants, etc.

Comment répondre au besoin de la société, malgré nos diplômes ?

Pour régler un problème il y a plusieurs procédés on peut décider de concentrer les efforts dans un plan donné de sélectionner le besoin et de former le personnel dont on a besoin pour satisfaire les attentes. Ensuite on peut faire de même impôt divers domaines afin d’utiliser la jeunesse, au travail. Il revient aux dirigeants d’analyser les besoins pour lancer les offres. Mais aussi insister entrepreneuriat.